Ministère de la Prière

Présentation

En cours d’écriture…


Actualités du département

  • Programme de Prière du Dimanche 23 Janvier 2022

    Chant d’entrée : H & L n° 131 – Rends-toi maître de nos âmes
    Psaume ou lecture Biblique : Hébreux 9 : 11-22
    Prière : Animateur
    Bienvenue : Animateur

    Chant : H & L n°20 – Grand Dieu, nous te louons
    Lecture verset Biblique : 1 Chronique 29 : 10-13
    Prière de louange Chacun est libre de s’exprimer

    Les lieux saints du sanctuaire céleste sont figurés par les deux pièces du sanctuaire terrestre. Lorsque saint Jean eut le privilège de contempler en vision “le temple de Dieu qui est dans le ciel”, il vit “devant le trône sept lampes ardentes” (Apocalypse 4 :5) ; il y vit aussi un ange “ayant un encensoir d’or”, auquel on “donna beaucoup de parfums, afin qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône”. Apocalypse 8:3. L’endroit où avait lieu cet office était la première pièce du sanctuaire céleste, puisque le prophète y aperçut les sept lampes ardentes et l’autel d’or, représentés par le chandelier d’or et l’autel des parfums du sanctuaire terrestre. Puis, “le temple de Dieu dans le ciel s’était ouvert” (Apocalypse 11 :19), le révélateur, plongeant les regards au-delà du voile jusque dans le saint des saints, y distingua “l’arche de son alliance”, représentée par le coffret sacré fait par Moïse pour contenir les tables de la loi de Dieu. Au cours de cette étude, on trouva des preuves indiscutables de l’existence d’un sanctuaire dans le ciel. En effet, Moïse avait construit son sanctuaire d’après le modèle qui lui avait été montré ; Paul enseigne que ce modèle était le tabernacle véritable qui est dans le ciel, et Jean affirme qu’il l’a contemplé ! C’est dans ce temple, résidence de Dieu, que son “trône est établi pour la justice et le jugement”. Dans ce lieu très saint se trouve sa loi, la grande norme du bien et du mal par laquelle le monde sera jugé. Et c’est devant l’arche où elle est renfermée, recouverte du propitiatoire, que Jésus plaide les mérites de son sang en faveur du pécheur. C’est ainsi que, dans le plan de la rédemption humaine, est représentée l’union de la justice et de la miséricorde. Seule la sagesse infinie pouvait concevoir un tel accord et seule la puissance infinie pouvait le réaliser. Il remplit le ciel d’étonnement et d’adoration. Les chérubins du sanctuaire terrestre, les yeux respectueusement baissés sur le propitiatoire, représentaient l’intérêt avec lequel les armées célestes contemplent l’œuvre de la rédemption. Cette œuvre — mystère de miséricorde dans lequel “les anges désirent plonger leurs regards” — révèle comment, tout en restant juste, Dieu peut justifier le pécheur et renouer des relations avec une race déchue ; comment Jésus-Christ a pu descendre dans l’abîme de la perdition pour en retirer des multitudes de créatures qu’il couvre du vêtement immaculé de sa justice, pour les réunir aux anges fidèles et les introduire à tout jamais en la présence de Dieu. […]
    Les Écritures définissaient clairement le sanctuaire. Le terme “sanctuaire” y désigne en premier lieu le tabernacle construit par Moïse, comme ombre des choses célestes, et, en second lieu, le “véritable tabernacle” sur lequel le tabernacle terrestre était destiné à nous faire porter les regards. À la mort de Jésus, le service symbolique prit fin. Le “véritable tabernacle”, le sanctuaire céleste, est le sanctuaire de la nouvelle alliance. Et comme la prophétie de Daniel (8.14) s’accomplit sous cette alliance, le sanctuaire mentionné dans cette prophétie doit forcément être celui de la nouvelle alliance. À la fin des deux mille trois cents jours, en 1844, il y avait plusieurs siècles que le sanctuaire terrestre avait disparu. Il s’ensuit que la prédiction : “Deux mille trois cents soirs et matins ; puis le sanctuaire sera purifié”, se rapporte incontestablement au sanctuaire céleste. La question la plus importante restait à résoudre : Qu’est-ce que la purification du sanctuaire ? L’Ancien Testament nous apprend qu’il y avait une purification du sanctuaire terrestre. Mais peut-il y avoir quelque chose à purifier dans le ciel ? Au neuvième chapitre de l’épître aux Hébreux, il est clairement question de la purification tant du sanctuaire terrestre que du sanctuaire céleste. “Presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière [par le sang des animaux], que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là”, c’est-à-dire par le sang précieux du Christ. Hébreux 9 :22, 23. Dans l’ombre comme dans la réalité, c’est par le sang que tout devait être purifié ; dans la première, par le sang des animaux ; dans la seconde, par le sang de Jésus. La purification devait se faire par le sang, nous dit Paul, parce que “sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon”. Ce pardon, c’est l’enlèvement des péchés. Mais comment expliquer la présence du péché dans le sanctuaire, soit sur la terre, soit au ciel ? C’est ce que nous apprend le rituel symbolique, “image et ombre des choses célestes”. Hébreux 8 :5. Les cérémonies du sanctuaire terrestre comportaient deux phases. Chaque jour de l’année, les sacrificateurs officiaient dans le lieu saint, tandis qu’une fois l’an le souverain sacrificateur accomplissait dans le lieu très saint un rite spécial appelé la purification du sanctuaire. Jour après jour, le pécheur repentant amenait son offrande à la porte du sanctuaire et confessait ses péchés en plaçant ses mains sur la tête de la victime. Il transférait ainsi symboliquement sa culpabilité sur la tête de la victime innocente. L’animal était alors égorgé. “Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon.” “L’âme de la chair est dans le sang.” Lévitique 17 :11.

    Chant : H & L n° 249 – Pécheur je voudrais te guérir
    Lecture verset Biblique : Jacques 4 : 1-12
    Prière de repentance et de confession : Chacun prie et confesse ses péchés en silence.
    L’animateur prie ou désigne une personne pour terminer après 3 à 5 min.
    Témoignages – prières particulières – Chants

    Après avoir délivré Israël d’Égypte, Dieu prend soin d’instruire son peuple par son serviteur Moïse. Il lui a confié la rédaction des cinq premiers livres de la Bible. Moïse a également reçu toutes les instructions pour construire le Tabernacle, un temple portatif en deux parties, installé au milieu d’un parvis délimité par des rideaux de lin blanc. Une fois par an, le souverain sacrificateur entrait dans la deuxième partie du tabernacle, appelée « Le Saint des Saints », ou « Le lieu Très Saint », avec le sang d’un taureau. Dieu enseignait ainsi à son peuple de s’approcher de lui au moyen d’un sacrifice sanglant. Tous les sacrifices offerts par le peuple d’Israël symbolisent le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix. Ce sacrifice a été totalement agréé par Dieu parce que Jésus est le seul homme à n’avoir jamais péché. Son sang versé sur la croix est l’expression d’une vie divine entièrement livrée pour nous. C’est par Jésus-Christ seul que Dieu entend nos prières et peut nous exaucer. C’est ainsi que Dieu, notre créateur et notre rédempteur a manifesté son amour insondable pour nous.
    Lisons dans notre Bible : Lévitique 16 : 1-19

    Chant : H & L n° 409 – Pour moi chrétien la terre est un exil
    Lecture verset Biblique : Amos 7 : 1-6

    • Continuons à prier pour les projets de l’Église : Évangélisation à MAYOTTE et aux COMORES, Construction de notre bâtiment pour en faire une maison d’accueil et de prières.
    • Prions pour les frères et sœurs souffrants, qui sont dans les problèmes en leur tendant la main, prions pour ceux qui se sont éloignés de notre communauté afin qu’ils persévèrent dans la communion avec Christ.
    • Demandons au Seigneur, d’agir, dans nos cœurs, par la puissance du Saint-Esprit, pour que nous soyons à l’image de Jésus-Christ : humbles, doux, intègres, justes, droits, empathiques, aimant notre prochain comme nous-mêmes.
    • Pensons aussi dans nos prières à celles et ceux à travers le monde qui souffrent, qui sont malades, persécutés, martyrisés, dans les guerres, les attentats, les catastrophes naturelles, dans les accidents de la vie de tous les jours. Prenons soins également des SDF et des migrants.
    • Remercions le Seigneur d’agir dans le cœur des dirigeants des pays de ce monde et des autorités qui les dominent.